عربية

BSG au niveau National

Depuis le lancement en 2002 de la BSG au Maroc, le Royaume du Maroc a atteint des réalisations institutionnelles et politiques encourageantes.

D’un point de vue institutionnel, un Centre de l’Excellence de la Budgétisation Sensible au Genre (CE-BSG) a été lancé par le Ministre de l’Economie et des Finances dans le cadre de la Conférence internationale de haut niveau sur la BSG, tenue à Marrakech en novembre 2012.

La création de ce Centre, au sein du Ministère de l’Economie et des Finances, constitue l’aboutissement du partenariat lancé, depuis 2002, entre le Ministère et ONU Femmes en faveur de la promotion de la BSG, en tant qu’instrument efficient pour l’égalité et l’équité de genre.

Le CE- BSG est fondé sur une vision de capitalisation, d’innovation, d’apprentissage et de partage, et vise à instaurer une dynamique d’excellence, à travers la mise en relation des différents intervenants dans le domaine de la BSG à l’échelle nationale, régionale et mondiale.

Ainsi, l’intervention du CE-BSG s’articule autour des axes stratégiques suivants :

  • Axe stratégique 1 : Appui institutionnel et renforcement des capacités du CE- BSG par l’amélioration de l'efficacité du fonctionnement du CE-BSG et le développement d’un pool d’expertise en matière de BSG ;
  • Axe Stratégique 2 : Encadrement, accompagnement et développement de l'ingénierie en matière de BSG, notamment par l’accompagnement de l’ensemble des acteurs en charge de la planification, du suivi et de l’évaluation des politiques publiques dans l’intégration de l’égalité de genre dans ces processus, ainsi que par le développement de l'innovation et de la recherche en matière de BSG ;
  • Axe Stratégique 3 : Promotion de la BSG au niveau national et international et positionnement du CE-BSG en tant que plateforme mondiale pour la capitalisation et le partage des connaissances en matière de BSG ;
  • Axe stratégique 4 : Réalisation de l’équité et de la justice sociale basée sur les évidences scientifiques en dotant les départements sectoriels pilotes d'outils et d’instruments techniques pour renforcer la prise en compte de la dimension genre dans leur processus budgétaires.

D’un point de vue politique, la mise en place de la BSG a permis l’inscription de la lutte contre les inégalités au sein des politiques publiques et l’allocation d’un budget à ces dernières. Ainsi, l’analyse du Budget de 22 Ministères, Secrétariats d’Etat ou Départements Ministériels[1] a permis de constater que :

  • 3 programmes (soit 4% des programmes inscrits par ces 22 Ministères, Secrétariats d’Etat ou Départements Ministériels) visant explicitement la réduction des inégalités entre les sexes ont été inscrits dans les budgets ;
  • 34 objectifs (soit 12% des objectifs inscrits) mesurés par des indicateurs de suivi et visant : i) la réduction des inégalités entre les sexes et la facilitation de l’accès des femmes aux services de base ou ii) l’intégration de l’approche genre dans les plans et processus publics
  • 107 indicateurs (soit 18% des indicateurs inscrits) permettant de mesurer soit : i) l’accès pour les femmes et les hommes aux services de base en lien avec les programmes et objectifs inscrits ; soit ii)  le nombre de services, structures et équipements mis en place dans le but de faciliter l’accès des femmes aux services de base ; soit iii) les moyens humains mis en place pour faciliter l’intégration de l’approche genre au sein des budgets et plans publics.

[1] Recueil des programmes objectifs – indicateurs 2018, Ministère de l’Economie et des Finances